Le "Lâcher Prise" 2ème Partie

Alors, ce fameux « lâcher prise »…..comment s’y prendre ?

Si lâcher prise face à des idées obsédantes est un travail, qui peut paraitre au prime abord une lutte, de chaque jour, chaque instant…il faut s’accoutumer à domestiquer cet exercice.

Nous sommes bien d’accord qu’à chaque fois que l’on souhaite « lâcher prise », c’est surtout face à des idées qui vous pourrissent la vie. La première chose à faire est donc de prendre conscience, d’accepter que tel ou tel évènement, telle ou telle idée vous pollue la vie, vous empêche d’exister, d’avancer.  Une fois que vous avez accepté cet état de fait….vous avez fait une bonne partie du travail : vous acceptez.

Pour se familiariser avec cette gymnastique de l’esprit qui consiste à se libérer de ces sales idées, la méditation me semble être un excellent outil :

Vous vous mettez en état de méditation, tel que je vous l’ai expliqué il y a quelques semaines : Position assise ; Dos et tête bien droite ; vous prenez conscience que vous êtes là, là où vous êtes, à l’instant où vous êtes ;  votre cœur est le centre de votre corps, de votre être ; Vos pieds vous ancre à la Terre.

Vous respirez, sans exagération, naturellement. Vous prenez conscience de votre respiration et…vous tentez de ne penser qu’à ça.

Très vite, vous vous rendez compte que vos idées surgissent…et prennent le dessus sur l’idée que vous aviez au départ de ne penser qu’à votre respiration. Le reflexe que vous pourriez avoir est de tenter de chasser ces idées, de vous forcer à vous concentrer sur votre but premier.  C’est un mauvais réflexe. Le mieux, malgré ce qu’on peut imaginer, est d’accepter ces idées : Plus on tentera de les chasser, plus elles reviendront, encore plus fortes. Alors, on les accepte. Mais…(car il y a un « mais », forcément)…il ne faut pas s’y accrocher. On a toujours tendance, naturellement, lorsqu’une idée néfaste pointe le bout de son nez à s’y accrocher…alors même qu’elle nous gâche la vie.

Je dirais donc que cette idée, il faut l’accepter….mais la laisser partir, la laisser glisser derrière soi : Imaginons les idées qui surgissent du fond de votre tête comme étant autant de bulles dans une coupe de champagne : on peut tenter de les bloquer, on n’y arrivera pas…donc, le mieux est de les accepter. Imaginons maintenant ces idées comme les arbres au bord d’une route. Vous roulez, les arbres passent. Si vous tentez de vous accrocher à l’un des arbres, je vous laisse imaginer le résultat : çà fait mal, hein ??? Si vous laissez tranquille ces arbres….ils passeront derrière vous, appartiendront au passé. Ils existeront toujours, vous ne les aurez pas effacé du décors…mais vous les aurez laissé tranquille, vous les aurez accepté, puis laissé glisser…et ils ne vous auront pas fait mal.

Donc voilà….c’est gagné, on a reussi  à de débarrasser de cette sale idée…..au revoir Messieurs Dames, et au plaisir de se…..

Quoi ???? A peine une idée partie qu’une nouvelle arrive ???? Pfff !!!! Bon, et bien ce n’est pas grave : on recommence : arbres, voiture, glisser……Une autre ? Arbres, voiture glisser….et, » Monsieur, çà va durer longtemps votre petit manège ? ». Euh, oui, çà peut durer. Mais, au fur et à mesure que vous laissez arriver ces idées, que vous arrivez à les faire glisser, vous vous rendez compte que le flux s’estompe ; Qu’il se passe de plus en plus de temps entre deux idées. Là, il est temps de les prendre au piège, ces coquines : Lorsque vous prenez conscience que la période entre deux idées grandit, profitez de cet instant pour vous poser la question : « Quelle sera la prochaine ? ». Là, très vite…vous verrez que le laps de temps va encore grandir….profitez donc de ces instants pour vous liberer.  Ne cherchez pas à penser à quoique ce soit de beau pour vous inciter à « penser positif »….Non, laissez simplement votre cerveau respirer, se reposer.

Bien entendu, il viendra, de nouveau, à un moment ou un autre, une nouvelle idée : Ne vous en formalisez pas : A partir de maintenant, c’est VOUS qui êtes le maitre, c’est vous qui commandez à vos idées de rester ou partir…..faites là donc de nouveau glisser à votre guise…et revenez à l’état de tranquilité. Avec un peu d’habitude, vous verrez qu’une autre partie de vous, de votre « interieur » va se révéler…

Voilà…çà peut sembler un peu compliqué au prime abord, mais imaginer les idées comme étant des arbres devrait vous aider dans bien des cas.

Et surtout, lorsque vous aurez réussi, dans un premier, à prendre conscience qu’on peut laisser glisser des pensées pendant un instant de méditation, vous apprendrez très vite à le faire dans votre vie de tous les jours, à n’importe quel instant.

Encore une fois, je le répète, il ne s’agit pas de faire l’autruche, de se masquer les problèmes ou les cicatrices de la vie ou même (attention, âmes sensibles : un gros mot !! ) de « s’en foutre »…mais de prendre conscience que ces tâches nous bloque, nous empêche d’avancer. Le moment le plus important de notre vie, c’est là : le moment présent. C’est ce moment, toujours en mouvement, qui dessine votre avenir.

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Laurence (samedi, 20 septembre 2014 00:03)

    Je n'avais pas encore pris le temps de lire cet article, il est, comme tous les autres d'ailleurs, très intéressant et très explicite. Cela m'a été très utile et m'a rappelé notre dernière séance où en fait tu m'as fait lâcher prise sur ces idées noires qui obnubilaient mon quotidien. Grâce à tes précieux conseils, Eric, j'arrive doucement à me détacher de ces pensées négatives sans les chasser, tu vois j'ai compris...