Mes premiers pas

Mes premières méditations :

 

Lorsque j’ai commencé à comprendre la nécessité de la méditation, j’ai cherché des  méthodes, sur le net, afin de faire mes « premiers pas ».

Ce qui en est ressorti fut une méthode très simple :

Assis, au calme, les yeux fermés, je me suis concentré sur ma respiration. Cette action dont nous n’avons, la plupart du temps, pas conscience, était mon principal centre d’intérêt. Je ne cherchais pas à respirer beaucoup plus intensément qu’à l’habitude…à peine si je m’efforçais d’approfondir un peu mes expirations, mais toujours en restant calme.

J'imaginais que l’air qui rentrait en moi pénétrait mon cerveau. L’air était d’une pureté parfaite et ventilait toutes les zones de ma tête, qu’il était chargé de me nettoyer. Lorsque j’expirais, l’air vicié, pollué de toutes mes craintes, peurs et stress s’envolait dans l’atmoshère.

Puis j’inspirais de nouveau, attentif, petit à petit, aux zones du cerveau qui n’avaient pas été correctement épurées, pour y passer un dernier coup de ventilation.

Si je sentais que des parties restaient encombrées, je ne m’y attardais pas trop, et je passais, progressivement aux zones du cœur, du plexus solaire (là où se cache souvent le stress)…puis vers le bas du ventre….Et enfin, au corps tout entier. Je ne le savais pas encore, je ne l’ai appris que plus tard, mais je venais de découvrir un truc qui, si on m’en avait parlé avant, m’aurait fait doucement sourire : Les Chakras (qui feront, eux aussi, l’objet de plusieurs articles à venir).

Après quelques minutes de cet exercice (entre 15 et 20mn), je me sentais plus propre de l’intérieur. Et lorsque je rouvrais les yeux, je me sentais apaisé. Pas euphorique, pas heureux ou joyeux, juste apaisé. Et quel soulagement de ne plus sentir, juste pendant quelques minutes après ces premières séances, cette boule de stress qui me ruinait le ventre depuis tant d’années.

Je recommençais donc  le lendemain, et le surlendemain. Au bout de quelques jours, je me suis surpris à attendre avec impatience le moment où je pourrais enfin me « retrouver seul avec moi ».

Au fil du temps, également, j’ai appris à me positionner correctement pour tenter d’optimiser ces instants, sans craindre de tomber dans une certaine torpeur, voire le sommeil.

Je vais donc, dans le prochain billet, tenter de vous expliquer quelle est cette position

 

Écrire commentaire

Commentaires : 0